Le dico : les langues du Québec 


 

retour à la page d'accueil. Back to home page


Les photos et nouvelles de la famille

L'humour de l'internet. Compilation spéciale Fredak

Nos voyages à travers la planète

Le web et l'informatique en général. Liens. Conseils. Humour.

Le dictionnaire du Français du Québec

La musique que je joue et fabrique

Divers




 

ACCUEIL

Le Bilinguisme au Canada et les langues du Québec

 


Avant de connaître le Canada je pensais que la moitié au moins des Canadiens était bilingue anglais/français. Mais j'avais été étonné, une fois sur place, du fait que certains de mes collègues francophones à l'université aient de grandes difficultés à lire les manuels en anglais. Et parmi les régions que j'ai visitées, j'ai vu des environnements presque exclusivement anglais (Toronto et sa région), et des contrées où l'anglais est quasi absent (au Québec, plus on s'éloigne de Montréal en allant vers l'est).
Il y a donc au Canada deux communautés linguistisques qui échangent peu et qui vivent chacune dans leur monde respectif unilingue. Avec quelques régions qui font exception (je reviens là-dessus plus loin)

 



chiffres et interprétation



Selon les recensement du gouvernement, autour de 17% des Canadiens peuvent se dire bilingues.


Le bilinguisme Anglais/Français chez les Canadiens de langue maternelle française (LMF)


Ce sont surtout les Canadiens LMF, à hauteur de 40% à l'échelle nationale et 35% à l'échelle du Québec, qui sont bilingues, parce que l'anglais est incontournable en Amérique du Nord, parce que c'est la première langue internationale et parce que les Canadiens Britanniques ont dominé le Canada, y compris le Québec. Il y a plus de LMF bilingues F/A à Montréal par rapport au reste du Québec, et bien-sûr encore plus dans les milieux ou l'anglais domine..

Le bilinguisme des LMF est le plus élevé dans les petites minorités francophones disséminées à travers le Canada anglophone : 90% des LMF (moyenne de tout le Canada anglophone). Ceux-là ne peuvent en effet pas se passer de l'anglais. Je me demande bien comment font les autres 10%. 

Le cas du Nouveau-Brunswick, province bilingue anglaise/française, est à part. Les LMF, qui représentent un tiers des habitants de cette province, sont bilingues à hauteur de 71%

 



Le bilinguisme Anglais/Français chez les Canadiens de langue maternelle anglaise (LMA)

Chez les Canadiens LMA, ce sont évidemment ceux du Québec qui sont le plus bilingues. Mais contrairement aux minorités francophones dispersées ici et là dans un environnement en anglais, et qui sont obligés de connaître l'autre langue,  la communauté anglophone du Québec est concentrée géographiquement (surtout dans l'ouest de la communauté urbaine de Montréal). Si bien que certaines habitants de Montréal ayant pour langue maternelle l'anglais arrivent à vivre dans un contexte purement anglais et déclare ne pas savoir le français. Ce sont essentiellement des personnes âgées qui ont toujours travaillé en anglais car à une époque c'était possible. Leurs descendants, encore dans la vie active, sont obligés de savoir le français dans le Montréal d'aujourd'hui.

En dehors du Québec, les LMA ne s'embarrassent guère du français qui ne leur est pas très utile : 8% d'entre eux seulement sont bilingues A/F (moyenne sur le Canada anglophone).

Au Nouveau-Brunswick, les LMA savent le français à hauteur de 17%

 



Le bilinguisme Anglais/Français chez les Allophones

Ceux-ci n'ont ni l'anglais ni le français pour langue maternelle. Ce sont pour la plupart des personnes qui ne sont pas nées au Canada. Les immigrants en général arrivent au Canada avec une connaissance plus ou moins bonne de l'anglais. Ceux qui viennent s'installer dans les environnement anglophones n'ont plus qu'à parfaire leur anglais. Ceux qui arrivent au Québec, c'est-à-dire à Montréal se débrouillent dans un premier temps en anglais, mais ils finiront par apprendre le français. Ils deviennent non simplement bilingues anglais/français mais aussi trilingues (en comptant leur langue maternelle).



Le Canada est donc faits en grande partie de milieux unilingues avec quelques exceptions déjà citées ci-dessus : la région de Montréal, le Nouveau-Brunswick, et les poches de LMF dans les régions anglophones. A ces régions s'ajoute l'agglomération d'Ottawa, la capitale du Canada, située à cheval sur l'Ontario et le Québec, où les employés des instances fédérales sont bien entendus très souvent bilingues.

 



La composition linguistique du Québec



 

Langues maternelles des Québécois 
 - Français : autour de 80% (taux stabilisé)
 - Anglais : en dessous de 9% (taux en baisse). Ce taux était supérieur à 20% en 1950 (explication plus loin)
 - langue maternelle autochtone (langues crie, iroquoise, inuite, ...): 1% environ.
 - langue maternelle autre : plus de 10% (taux en hausse)

Langues parlées au Québec
 - unilingues francophones : autour de 45%
 - unilingues anglophones : 3% (mais attention : la plupat sont les immigrants qui n'ont pas encore appris le français)
 - bilingues français/anglais : autour de 50% 
 - ceux ni ne savent (pas encore) ni le français ni l'anglais : 2%

Derrière cette réalité linguistique se cache une réalité culturelle. Chez les LMF et les LMA, on s'éloigne de plus en plus de l'homogéinité culturelle des deux peuples fondateurs, Français et Britanniques.
En effet, dans les 80% de LMF, les "pure laine" cèdent petit à petit leur place aux néo-Québécois (d'origines française récente, d'origines italienne, arabe, antillaise, ...). La culture franco-canadienne laisse progressivement à une culture francophone diversifiée (le couscous-merguez à la place des bines au lard et la musique zouk à la place des rigodons !) Et chez les 8-9% de LMA, ça fait longtemps que les Canadiens d'origine britannique sont en minorité.

Le taux en chute libre de l'anglais au Québec est en contradiction avec la place grandissante que prend l'anglais dans le monde et avec le fait que certains anglophones peuvent se passer du français au Québec (pour l'instant). Ce taux d'anglophone qui n'a cessé de diminuer s'explique par plusieurs raisons : 
- l'émancipation des francophones du Québec a rendu le Québec trop francisé au goût des Canadiens britanniques (et qui sont parti rejoindre leurs cousins en Ontario);- 
- le déménagement vers l'Ontario des immigrants qui ont penché pour l'anglais; 
- La politique du Québec qui veut que les enfants d'immigrants allophones intègre une école en français
- La tendance par le Québec à attirer les immigrants francophones (Français, Belges, Haïtiens, ... ) ou ceux qui le sont déjà un peu, beaucoup ou complètement (les ressortissants des ex colonies et protectorats français: Marocains, Algériens, Libanais, Indochinois, ...; les francophiles qu'on trouve parmi les Roumains, Italiens, hispanophones, Égyptiens, ...).






Montréal, championne mondiale du bilinguisme et du trilinguisme



Montréal représente un cas à part au niveau linguistique, en contraste avec les nombreuses régions unilingues du Canada. Elle fait partie des grandes villes cosmopolites d'Amérique du Nord qui accueillent beaucoup d'immigrants, mais à la différence avec New york, Chicago et Toronto, ceux-ci arrivent dans une ville bilingue, où il est très utile, voire nécessaire de savoir le français, et où il est préférable de savoir l'anglais. Et donc la moitié d'entre eux, pour des raisons économiques et pour s'insérer dans la vie active, adopte donc les deux langues officielles du Canada. 
Si bien que les "allophones" du Québec (c'est-à-dire de Montréal) sont pour la moitié d'entre eux trilingues. Sans compter certains néo-Québécois LMF et LMA savent encore la langue de leurs ancêtres italiens, grecs, arabes, etc.
Le Québec est donc un des champions du monde du trilinguisme avec plus de 5% de personnes dans ce cas.
Sachant que ces trilingues sont presque tous à Montréal, 10% des Montréalais sont trilingues (français/anglais + chinois, arabe, italien, hindi, tamoul, ordou, espagnol, portugais, grec, turc, perse, russe, polonais, allemand, etc.)

Ce bilinguisme et trilinguisme à Montréal se traduit par des situations telles que les suivantes :

A la Sunlife du Canada j'ai eu des collègues avec qui je "switchais" du français à l'anglais, en insérant quelques mots d'italien...
Dans l'ouest de Montréal, je réponds souvent en français à des personnes qui s'adressent à moi en anglais et qui comprennent parfaitement ce que je dis. 
Je capte parfois des conversations entre collègues, dans la rue, sur des chantiers, dans des commerces, où l'un des locuteurs s'exprime en français et l'autre en anglais, de manière très naturelle.
Ma mère a des connaissances anglophones et francophones, avec des origines allemandes, et autres. Dans les conversations avec elles, dans lesquelles je m'insère parfois, on utilise le français, l'anglais et l'allemand. 





Montréal, théâtre de querelles linguistiques



Mais cette bonne entente n'est pas systématique à Montréal et il y a une sorte de guerre linguistique qui s'envenime à chaque fois qu'une loi sur la protection du français au Canada est en cours de discussion : 
Certains Francophones invitent la personne qui s'adresse à eux en anglais, si ce n'est pas un touriste, à aller s'installer en Ontario aux Etats-Unis. 
A cette invitation la personne anglophone se défend en disant que ici, c'est le Canada. 
Certains francophones refusent de se mettre à l'anglais car cela est pour eux un moyen de défendre la place du français. 
Certains anglophones de Montréal rechignent à apprendre enfin le français, ce sont les nostalgiques de l'ancienne époque de domination britannique dont je parlais plus haut.
Un épisode de dialogue de sourds des plus manifestes est la mise en place des textes sur l'affichage au sein de la "loi 101" ("bill one O one" en anglais) à la fin des années 80, synonyme de proctection du français pour les uns et loi liberticide pour les autres.

     
 

      Mes autres sites      |     Liens    |      Contact      |     Aide      |     e-mail