Le dico : conduite 


 

retour à la page d'accueil. Back to home page


Les photos et nouvelles de la famille

L'humour de l'internet. Compilation spéciale Fredak

Nos voyages à travers la planète

Le web et l'informatique en général. Liens. Conseils. Humour.

Le dictionnaire du Français du Québec

La musique que je joue et fabrique

Divers




 

ACCUEIL



La conduite automobile en Amérique du Nord et particulièrement au Québec

 

Amis européens, si vous louez une voiture pour visiter la belle province, il faut savoir que la signalisation, les habitudes et les règles de conduite sont parfois différents de l'Europe. Lisez donc ce qui suit, ça pourra vous servir.

 




La boîte de vitesses automatique.  

La majorité des voitures, dont celles à louer, ont une boîte automatique. Le pied gauche ne sert jamais. Vous freinez ou vous accélérez avec le pied droit. A l'arrêt le levier de "vitesse" doit être en position P (park). Pour avancer il faut être en position D (drive). Dès que vous lâchez la pédale de frein, la voiture avance, même si vous n'appuyez pas sur l'accélérateur. 

Pour actionner le levier de "vitesse", il faut maintenir la pédale de frein enfoncée. Pour reculer c'est la position R (reverse). La position N (neutre) permet d'être en roue libre (pour vous faire remorquer par exemple). Les positions 1 et 2 servent pour les dénivelés importants, pour avoir de la puissance en montée ou un frein moteur si la  descente est raide. 












Danger

Losange jaune. En France, c'est un triangle entouré de rouge.


Attention 

Orange. Travaux en cours, situation temporaires, déviation ("détour" au Québec), route fermée, ...













Panneau STOP/ARRÊT 

La plupart des intersections ont deux panneaux stop, et souvent quatre. Les croisements sans aucune indication sont quasiment inexistant. Dans le cas de croisement avec quatre panneaux stop, un pour chacune des quatre directions, la priorité à droite s'applique.






le plus souvent, c'est "ARRÊT", mais selon la proportion d'anglophones dans le quartier ou la commune, c'est STOP/ARRÊT, voire STOP (Westmount, Mont-Royal)










Les "lumières" (feux tricolores)

Le poteau que vous devez regarder est face à vous mais de l'autre côté du carrefour. Ce feu sert aussi aux piétons qui traversent parallèlement à vous, s'il n'y a pas de feux pour piétons. Cela signifie que vous êtes arrêté à plusieurs mètres du feu qui vous concerne alors qu'en France on est arrêté à la hauteur du feu. C'est bon à savoir pour ne pas s'arrêter en plein milieu du carrefour.

Feu vert clignotant

En France, on sait qu'on peut tourner à gauche et que les voitures dans l'autre sens sont arrêtées car il y a un feu avec une croix rouge en face. A Montréal c'est un feu vert clignotant. Le poteau dans ce cas est en face mais au milieu entre les deux sens de circulation, ou suspendu au milieu du carrefour.

 

Tourner à droite au feu rouge

Autorisé en dehors de l'île de Montréal seulement si la voie est libre (pas de piétons). Donc valable surtout en campagne. Ce n'est pas une obligation.

 












Interdiction de tourner à gauche

A Montréal, il est interdit de tourner à gauche aux intersections fréquentées. Mais alors que l'automobiliste français s'attend dans ce cas à voir ce panneau : 

c'est ce panneau que l'on voit à Montréal :

   

Deux panneaux différents pour dire la même chose... 


Limitation de vitesse

Panneau blanc carré avec écrit "maximum", au lieu du rond entouré en rouge comme en Europe. Souvent la vitesse minimale est également indiquée. C'est aussi un carré blanc, avec écrit "minimum" (en Europe la vitesse minimale est indiquée sur un rond à fond bleu, mais ce panneau est très rare).





Sens unique

Beaucoup de rues sont à sens unique, bien qu'elles soit larges. Quand vous arrivez à une intersection, un panneau avec une flèche vous indique le sens de la rue que vous croisez. De cette manière vous n'avez à regarder que d'un seul côté pour voir si une voiture "s'en vient".

 




Bus scolaire

Il est interdit de doubler un bus scolaire qui s'arrête pour déposer les enfants, ces derniers pouvant être amenés à traverser. Il faut donc rester derrière, même s'il est à l'arrêt et n'est pas encore prêt pour se réinsérer dans le trafic. La police ne tolère aucune transgression.

 

Bus prioritaire 

Lorsqu'un bus (scolaire ou pas) repart après avoir déposé ou pris des passagers, dès lors que son clignotant gauche est actionné, il est prioritaire. En France, la loi n'est pas aussi précise.










Priorité à droite : rare.

Il n'y a quasiment aucune intersection sans feux tricolore ou sans panneau stop. Si vous n'avez aucun panneau ou aucun feu, la voie qui croise la vôtre en a un. Donc l'autre, il doit s'arrêter, et vous, vous continuez votre course, tout simplement. Il y souvent quatre panneaux stop, un pour chacun. Dans ce cas il est rare que  deux voitures arrivent et repartent exactement à la même seconde. Dans ce cas c'est bien la priorité à droite qui s'applique, mais souvent la courtoisie également. Si bien que le concept de priorité à droite n'est pas criant.
En France, il y a souvent des intersections sans aucune indication.  Il existe  même  des grandes rues,  principales,  où  l'on roule  à  50 km/h, qui croisent des petites rues qui sont prioritaires. Mais il est  très rare qu'une personne venant d'une petite rue force le passage (même si elle a raison, il faut remplir le constat, c'est une perte de temps...).  Ce n'est pas un raison pour ne pas faire attention.









Le système métrique

Non les distances et les limites de vitesses ne sont plus indiqués en miles, mais en Km, depuis longtemps. Pourant les distances entre les villes s'expriment souvent en durée.

 


Voie réservée

la voie marquée de losanges est réservées aux bus et taxis. Les autres voitures peuvent l'emprunter s'ils tournent à droite à la prochaine intersection




Trouver sa route

Vous devez fonctionner à la boussole. Très souvent, les indications ne donnent que le n° de la route et la direction (Nord, Sud, Est, Ouest). Pour aller de Montréal à Québec, prenez la 20 EST, ou la 40 EST. Sauf que Québec étant une grande ville, il est également marqué "Québec" sur le panneau de direction. Ce n'est souvent pas le cas pour les viles moins importantes.

De plus, il faut savoir que le fleuve Saint-Laurent coule du sud-ouest vers le nord-est, mais on considère qu'il est sur un axe est-ouest, et les routes qui le longent aussi. Ainsi, pour aller de Montréal à Québec, même si vous roulez soit disant vers l'est, vous vous dirigez en réalité vers le nord-est. Et Sherbrooke est en réalité au sud de Québec, mais selon la logique indiquée ci-dessus, elle au sud-ouest.

Les routes dont le numéro se termine par un chiffre pair sont parallèle au fleuve et celles qui se terminent par un chiffre impair sont perpendiculaires au fleuve. Ce qui permet de s'orienter.

Les numéros qui n'ont que un ou deux chiffres sont des autoroutes interurbaines (5, 10, 15, 20, 25, 30, 35, 40, 50, etc). Les autoroutes avec un chiffre de centaine qui est 4, 6 ou 8 sont des autoroutes de contournement et celles qui ont 5, 7 ou 9 sont des autoroutes qui relient deux autoroutes.

Les routes dont le numéro est entre 100 et 199 sont des routes principales. Entre 200 et 299, ce sont des routes secondaires au sud du St-Laurent et entre 300 et 399, au nord du fleuve.

Attention aux distances, pour aller des Chutes du Niagara à la Gaspésie, il faut parcourir plus de 1200 Km.

 

Jonction

L'accès à une route depuis une autre route s'appelle jonction (abrégée en JCT). 




 






 

Les numéros des adresses.

Nombres pairs d'un côté, Nombres impairs en face, comme en France, mais la comparaison s'arrête là. En effet, les numéros ne sont pas attribués séquentiellement mais selon la distance qui sépare une porte d'entrée à l'autre. S'il y a par exemple l'entrée d'un stade au numéro 1000 et que l'adresse suivante est à un Km de distance, cette dernière n'aura pas le numéro 1002 mais le numéro 1038 par exemple. Ainsi, pas de mauvaise surprise quand on cherche une adresse en marchant. On connaît la distance à parcourir.

Les villes nord-américaines sont en grande partie quadrillées par un groupe de rues toutes parallèles entre elle, et un second groupe de rues perpendiculaires au premier.

Le boulevard Saint-Laurent à Montréal, axé nord-sud, est considéré comme la frontière entre l'est et l'ouest de la ville.

Sur les rues qui traversent le boulevard Saint-Laurent, la numérotation en allant vers l'est est : 1Est, 3 Est, 5 Est et ainsi de suite, et la numérotation vers l'ouest est 1 ouest, 3 ouest, etc. 

Pour les rues qui sont soit entièrement à l'est soit entièrement à l'ouest de la ville, on ne précise pas "est" ou "ouest".

Il n'y a pas de séparation nord-sud. Les numéros pour les rues orientées nord-sud commencent au sud, c'est-à-dire en partant du fleuve. 

Les rues conservent leur nom même si elles sont interminables et même si elles traversent plusieurs communes. Ainsi la rue Sherbrooke fait plusieurs dizaines de km. Et donc 8080 Sherbrooke Est c'est pas vraiment à côté de 2020 Sherbrooke ouest.










L'état des routes au Québec

Le mauvais état des chaussées est une des caractéristiques du Québec. Les différences de températures provoquent des fissures et des déformations qui nécessitent beaucoup de travail d'entretien. Et on dit que la gestion des routes de la province n'est pas à la hauteur de cette tâche. Il faut donc faire un peu attention, mais cela dit, cette remarque concerne surtout les propriétaires des voitures qui veulent préserver leurs amortisseurs. 

 




La manière de conduire

On s'attend à ce que les automobilistes du Québec ait un comportement similaire à tous les Américains du Nord, hérité des Britanniques, c'est-à-dire basé sur la courtoisie et la discipline. Mais en réalité, les conducteurs québécois ont mauvaise réputation auprès de leurs voisins de l'Ontario ou de l'état de New York. A croire que le sang "latin" des origines françaises y est pour quelque chose. Qu'en est-il vraiment ?  

Même si les automobilistes du Québec sont dans leur majorité à peu près raisonnables, il existe semble-t-il une minorité assez importante de "chauffards" qui contribue à cette mauvaise réputation. Il est vrai que certains tournent à droite sans respecter les piétons qui traversent, ou ne s'arrêtent pas si un piéton veut traverser sur un passage protégé. Les piétons sont indisciplinés eux aussi, ils traversent même si c'est rouge pour eux, et ils gênent considérablement les automobilistes s'ils sont en position de force, comme dans les rues achalandées du centre-ville.

Sur l'autoroute, je trouve que les distances de sécurité ne sont que peu respectées, notamment par beaucoup de conducteurs de poids-lourds. Ces derniers peuvent se montrer particulièrement odieux, en effrayant les passagers des voitures avec leur 30 tonnes : ils collent la voiture qui les précèdent, doublent à gauche, font des queues de poissons. Je n'ai pas l'impression que les camions en Europe soit aussi irrespectueux. Les Taxis à Montréal sont mal vus. Souvent les chauffeurs sont originaires de pays où la conduite n'est pas très "propre" non plus, et ils répètent les schémas appris dans leur ville d'origine.

On imagine alors l'appréhension du visiteur ontarien ou américain car en plus, la signalisation est en français uniquement !


     
 

      dernière mise à jour : le 26 sept. 2008      |     Mes autres sites      |     Liens    |      Contact      |     Aide      |     e-mail