retour à la page d'accueil. Back to home page
Les photos et nouvelles de la famille
L'humour de l'internet. Compilation spéciale Fredak
Nos voyages à travers la planète
Le web et l'informatique en général. Liens. Conseils. Humour.
Le dictionnaire du Français du Québec
La musique que je joue et fabrique
Divers

 

 
Dubai 

Emirats Arabes Unis - United Arab Emirates

 

Dubaï est un petit pays très particulier. C'est un des 7 émirats de la fédération des Emirats Arabes Unis. Mais c'est le seul des sept qui connaît un développement économique frénétique, comme un cheval fou qu'on ne peut plus arrêter. Il n'y a plus de pétrole, mais des idées, et beaucoup d'argent. Dubaï a su se recycler dans la finance, les services, dans un peu d'industrie. Ce qui est très étrange dans ce pays, c'est que seulement 10% de ses résidents sont des nationaux, les Dubaïotes. Ils ont un des PIB par habitant des plus élevés du monde. La deuxième catégorie de population est constituée des expatriés "cadres" et des hommes d'affaires étrangers. Ils viennent du monde entier : d'autres pays arabes (Liban, Syrie, Irak, Egypte, Maghreb, ...), de l'Asie (Pakistan, Inde, ..), et des pays occidentaux. Eux aussi ont un PIB par habitant élevé. Ils gagnent forcément bien plus que s'ils étaient restés chez eux en Europe ou en Amérique du Nord. Sinon ils ne seraient pas venus. ça donne donc une idée de leur revenus !

Les 80% restants sont les travailleurs immigrés qui occupent tous les postes de subalternes. Leurs salaires correspond à ce qui est pratiqué dans les pays émergeants du tiers-monde : ils gagnent entre dix et vingt fois moins que les 10% d'expatriés "cadres". Ils sont bien en dessous du seuil de pauvreté selon les standards des pays développés, ils vivent à l'écart du luxe, simplement et modestement. Ils envoient une grande partie de leurs gains à leurs familles restées au pays. Beaucoup sont sur les chantiers de construction, et les autres dans les services tels que le ménage, l'entretien de la voirie et des espaces verts, la restauration et l'hôtellerie, les commerces, le gardiennage et la sécurité. Ils viennent surtout du sous-continent indien, mais il y a aussi des Indonésiens, des Philippins. 


Entre les "riches" qui roulent en 4X4 et en BMW, et les "prolétaires", qui n'ont pas même pas de voitures, il y a un immense fossé. Et apparemment pas de classe moyenne. En tous cas c'est l'impression que l'on a à Dubaï. Il y a peut-être une classe moyenne dans les autres émirats de la fédération.

Mais il n'y a pas que ça qui est très particulier dans cet émirat. Le paysage aussi est très surprenant, et il a quelque chose de très artificiel. On voit partout des chantiers avec des tours de 40 étages qui surgissent là où l'homme n'avait jamais rien construit auparavant. Dans ces quartiers neufs et luxueux, on voit des espaces verts qui n'ont pas grand chose à voir avec la végétation habituelle de cette région aride : du gazon plus vert qu'en Irlande, mieux tondu que les pelouses anglaises, des arbres, des fleurs. 

Dubaï il y a 60 ans, ce n'était qu'un gros village constitué de quelques maisons traditionnelles, de cabanes et de tentes. Il n'y avait quasiment rien à Dubaï, pas de Kasbah, pas de grande médina, pas de fort, ni citadelle, pas d'histoire. Les gens pêchaient du poisson et des perles, et cueillaient des dattes. 

Maintenant, Dubai, c'est ça. Parmi les projets fous, Le Borj Dubaï, quasiment terminé, qui sera le plus édifice le plus haut du monde (800m). Et le Borj El Arab, en forme de voile, sur son îlot artificiel, est l'hôtel le plus luxueux du monde. Sept étoiles. 

 

Certaines parties du désert sont majestueuses, comme ces dunes, qui ont la particularité d'avoir des chutes de sable. Le sable coule comme pour les chutes d'eau, mais nettement moins vite. La gazelle est une pensionnaire du zoo, ce n'est pas le genre d'animal à se laisser approcher comme ça à l'état sauvage.

Le souk comporte beaucoup de boutiques d'or. On peut aussi y trouver un choix important de coraux, comme dans cette vitrine.
La plupart des quartiers sont très propres. Il y a toujours un "esclave" avec une pelle et un balai prêt à ramasser le moindre paquet de cigarettes. A Dubaï Marina on en a vu un astiquer les lampadaires, et les poubelles sont vidées beaucoup plus fréquemment que nécessaire. Les espaces verts sont impeccables. Ils sont arrosés plusieurs fois par jour. Toutefois ce n'est pas avec de l'eau potable comme en occident, mais avec de l'eau usée. Les sols des centres commerciaux et des banques sont toujours brillants, on peut se voir dedans. On se demande à qui profitent toutes cette belle infrastructure toute propre. Certainement Pas aux 80% des ouvriers et domestiques asiatiques. Leur salaire annuel est inférieur à un loyer mensuel dans une résidence de luxe. D'ailleurs, on constate que les 2/3 des appartements de luxe sont vides. Des investisseurs étrangers les achètent. Parmi eux des Russes qui apportent de l'argent en liquide d'on ne sait où (on ne leur demande pas), et qui ne se donnent même pas la peine de mettre leur propriété en location. C'est juste du placement immobilier. 
 

On se s'attend pas à trouver de l'eau douce en surface et en quantité non négligeable dans la péninsule arabique. Pourtant la région n'est pas si aride que l'on pense. Et à la frontière avec le sultanat d'Oman, les montagnes reçoivent des pluies de la mousson indienne. Des torrents à débit variable ont creusé ces petites gorges de quelques mètres de haut, au fond desquelles ont trouve de l'eau.

 

infos supplémentaires : histoire, géo, politique, climat, infos pratiques, etc.

 

      dernière mise à jour : le 25 nov. 2008  |  Mes autres sites  |   Liens  |  Aide  |  e-mail