Page d'accueil / home page retour

Nouvelles de Tunisie

J'ai trouvé ces infos sur le web : 

La croissance démographique a été réduite de près de la moitié en Tunisie -1,21% contre 2,35% en 1994-, qui compte aujourd'hui un peu plus de 9,9 millions d'habitants contre 8,8 millions en 1994, selon le recensement général de la population et de l'habitat effectué en avril-mai derniers.
Les résultats ont été présentés mardi lors d'une conférence de presse par le ministre tunisien du Développement et de la Coopération internationale, Mohamed Nouri Jouini. L'espérance de vie a progressé, atteignant aujourd'hui 73 ans en moyenne.
Les hommes représentent 50,1% de la population. Les ménages passent de 1,7 million à près de 2,2 millions avec une moyenne de 4,5 membres chacun, contre 5,2 en 1994. Selon M. Jouini, la structure démographique qui entame la dernière phase avant sa stabilisation, se rapproche de plus en plus de celle des pays européens.
Ainsi, 64% de la population se situe dans la tranche d'âge de 15 à 59 ans, tandis que la proportion des personnes âgées de 5 à 14 ans s'est rétrécie pour passer de 23,8% en 1994 à 18,6% en 2004. Conséquence de cette évolution, la population active compte en 2004 plus de 3,3 millions d'habitants, dont 26,6% de femmes. Près de 13% sont des diplômés de l'enseignement supérieur et 72% ont un niveau primaire ou secondaire. Pour la première fois, le taux de chômage descend sous la barre
des 14%, soit 13,9% contre 15,6% en 1994. Autre caractéristique du recensement: une majorité de la population est concentrée dans les zones urbaines communales, soit 64,9%, phénomène dû à l'exode vers les grandes villes essentiellement pour raison d'emploi et de regroupement familial. A lui seul, le district de Tunis compte 20% de la population pour une superficie de 2% de l'ensemble du territoire.
Selon les chiffres du recensement, plus de 67% des Tunisiens ont un niveau d'enseignement primaire et secondaire et près de 8% supérieur. Le nombre des analphabètes a été ramené en dix ans de 31,7% à 22% de la population.
En 2004, 83,4% des ménages sont raccordés au réseau de l'eau potable et 98,9% au réseau électrique. Vingt-et-un pour cent des Tunisiens disposent d'une voiture ou plus, 90% d'un téléviseur, environ 82% d'un réfrigérateur, 35,5% d'une machine à laver, 34,5% d'un téléphone fixe et 46,3% d'un téléphone mobile. AP 

Source : dépêche d'AP sur Yahoo.

Les chiffres ci-dessous datent un peu : 

Indicateurs de développement
Population 9,7 millions d'habitants
Croissance démographique 1,3 %
Taux de fécondité 2,04 naissances/femme (note du webmaster : en dessous de 1,8 en 2004)
Taux de mortalité infantile 30 décès/1 000 naissances vivantes
Espérance de vie 72 ans
Taux d'alphabétisation 68 % (15 ans et plus)
Indice de développement humain 97e sur 173 pays (2002)
VIH/SIDA - Taux d'infection 0,04 % (est. 1999)
VIH/SIDA - Taux de mortalité n.d.

(source: http://www.dfait-maeci.gc.ca/tunisia/about_tunisia-fr.asp mais ce lien n'existe plus)

Des chiffres plus récents, selon le site de encarta : 

En 2004, la population tunisienne était estimée à 10 millions d'habitants,
soit une densité de 65 habitants au km². Le taux de fécondité (1,85 enfant
par femme) est le plus faible du monde arabe. L'accroissement naturel en
2004 était de 1,1 p. 100 p. 100. L'espérance de vie est passée de 68 ans en
1992 à 74,6 années en 2004. La mortalité infantile est de 26 p. 1 000.

Dès l'indépendance, des efforts importants furent faits dans le domaine de
l'enseignement. La scolarité fut rendue obligatoire, l'âge minimum pour
quitter le système scolaire étant régulièrement retardé (en 1996, il fallait
avoir effectué les neuf premières années d'enseignement pour pouvoir le
quitter). Le français est appris dès le cycle primaire et il est la langue
principale d'enseignement dans le cycle universitaire. En 2004, le taux
d'alphabétisation était de 75,2 p. 100, et les deux tiers des enfants de 12
à 17 ans étaient scolarisés ; l'enseignement supérieur concernait 22 p. 100
de la classe d'âge concernée.

Notes du webmaster :

Ce qui m'interpelle le plus c'est le taux de fécondité qui place la Tunisie parmi les pays européens et non plus parmi les pays arabes, musulmans ou africains. Le taux de fécondité en Tunisie a connu une chute spectaculaire. Peut-être encore plus brutale que ce qu’on a pu observer en Italie ou au Québec, deux pays connus dans le passé pour leurs familles nombreuses, et qui affichent aujourd’hui les taux les plus bas du monde. En Tunisie, il passe de 6,5 en 1970 à 2,2 en 2000. Selon « Encarta », le taux serait de 1,85 en 2004. J'ai lu quelque part qu'il est de 1,79 maintenant. Il est donc divisé par trois en l’espace d’une génération ! Inutile de préciser que c’est la régression ( ou devrait-on plutôt parler de progression ?) la plus importante de toute l’Afrique. A titre de comparaison on passe de 7,4 à 3 pour l’Algérie et de 7 à 3,2  pour le Maroc dans le même intervalle de temps. C’est pas mal non plus. La Libye, l’Egypte, le Kenya et l’Afrique du Sud sont sur cette même voie. Mais beaucoup d’Afrique n’en sont pas du tout là. En Angola par exemple, le taux de fécondité aurait augmenté de 6,5 à 7,2 (retour à la paix après la guerre et réalité économique différente).


 

Retour au menu