Livres

 
retour à la page d'accueil. Back to home page
Les photos et nouvelles de la famille
L'humour de l'internet. Compilation spéciale Fredak
Nos voyages à travers la planète
Le web et l'informatique en général. Liens. Conseils. Humour.
Le dictionnaire du Français du Québec
La musique que je joue et fabrique
Divers

 

Rubrique ENFANT

par Agnès

 

  • Bien entendu tous les ouvrages de Françoise Dolto. Pêle-mêle quelques idées que j'ai retenues :
    - Ne jamais humilier son enfant même quand il vous pousse à bout. Respecter sa personne.
    - Il ne faut pas le frapper : ni tape ni fessée, en situation de conflit, essayer de dédramatiser. Surtout ne pas laisser les choses s'envenimer.
    - Ne pas considérer la mort comme un sujet tabou pour l'enfant : s'il se pose des questions à propos d'une personne qui vient de décéder, lui expliquer que cette personne avait fini sa vie et que maintenant elle est morte.
    - Si l'enfant ne mange pas ou n'est pas sage, ne pas le menacer de le mettre au lit tout de suite, sinon il associera sa chambre ou le moment du coucher à un symbole de  punition.
    - Le soir, respecter un rituel au moment du coucher : livre, câlin, pour favoriser un sentiment de sécurité et d'habitude.
    - Un enfant a besoin de bouger, s'agiter : ne pas sans arrêt le rappeler à l'ordre et lui demander de rester calme. Notamment dans le bain, l'enfant doit pouvoir barboter autant qu'il veut et faire des jeux d'eau.

  • Un livre très intéressant : Les dessins d'enfants et leur signification ...(par Anna Oliviero Ferraris)

Voici quelques extraits de cet ouvrage passionnant que je n'ai trouvé qu'en réserve centrale de la bibliothèque de la Ville de Paris.
Il ne s'agit pas de théories exactes : les dessins révèlent des traits de la personnalité mais ils dépendent aussi de l'humeur du moment. Pour juger de la symbolique, il faut que les sujets dessinés se répètent avec régularité dans de nombreux dessins de l'enfant.


1/ Ligne et espace : quelques règles générales qui s'appliquent pour les lignes au dessin comme à l'écriture :
- bien-être et relaxation = élargissent et arrondissent  le mouvement, donc les tracés.
- vitalité = signes riches et abondants, qui vont vers le haut
- dépression = rétrécit, comprime
- agressivité : exaspère, morcelle, en formant des pointes et des entrelacs
- sensibilité : affine et diversifie les mouvements en nuançant le trait
 Le fait de repasser très souvent le crayon sur la même zone, en ombrant ou en effaçant des parties entières de la composition peut indiquer l'existence de problèmes émotifs tels que l'angoisse ou ,en particulier la peur de ce qu'on efface. Repasser légèrement sur les traits traduit en revanche une certaine sécurité et une bonne adaptation.
- l'espace : en général, les enfants qui font des dessins bien répartis sur la feuille sont les plus sereins.


2/ Couleur : 

Tonalités d'autant plus vives que l'enfant est petit. Pour le petit, la couleur prime sur la forme, ce rapport allant évoluer avec l'âge. Absence de couleur = vide affectif voire tendance antisociale. Les sujets bien adaptés utilisent en moyenne 5 couleurs dans leur dessin. Jusqu'à 7/8ans , la couleur n'a  pas rapport avec l'objet réel : l'enfant utilise telle couleur parce qu'elle lui plaît beaucoup. C'est vers 11/12 ans que l'enfant découvre que les couleurs d'un sujet varient : la prairie n'est pas toujours verte mais parfois ocre...


3/ Sujets des dessins et personnalité :

- Figure humaine : celle que l'enfant dessine en premier est la sienne ou la perception qu'il a de son corps et de ses désirs.
- Dessiner un rêve : spontanément, l'enfant représente ce qu'il aime, ce qu'il craint, ce qui l'intéresse, ce à quoi il aspire. mais souvent, quand son angoisse est grande, il recourt à des symboles tirés de contes : le roi (le père idéal), la reine (la mère idéale), la sorcière (la mauvaise mère), le prince (lui-même) qui épouse la princesse (la partie idéale et bonne de lui-même) ou d'autres personnages plus actuels comme le policier, le cosmonaute, le bandit...
- L'arbre: souvent un sujet privilégié pour l'analyse de la personnalité en s'arrêtant aux 3 parties distinctes que sont les racines, le tronc et le feuillage. Les racines plongent dans la terre et fournissent la nourriture, elles représentent l'inconscient et les pulsions instinctives. Le tronc, élément stable, exprime les caractéristiques permanentes et fondamentales de la personnalité. Le feuillage ou les branches informe sur la façon dont le sujet entre en relation avec le monde.
- Soleil et lune : Le soleil, toujours très présent dans les dessins d'enfant, traduit la sécurité, le bien-être,  la chaleur et la puissance. Pour certains auteurs, il symbolise le père idéal. Si l'enfant craint son père, le soleil est rouge agressif ou noir. La lune est souvent associée à l'idée de mort : elle apparaît quand le soleil, symbole de vie, disparaît.
- Ciel et terre : les petits enfants ne dessinent la ligne du sol que vers 5 ou 6 ans, avec les premières manifestations du raisonnement logique.
- Animaux : les tendances agressives sont souvent déviées vers quelqu'un d'autre : l'enfant trouve toujours le moyen de faire jouer les mauvais rôles à quelqu'un d'autre que lui-même, ce déplacement de l'agressivité s'opère souvent en direction d'un animal, généralement féroce.



4/ Le dessin de la famille :

Rapports spatiaux antre les personnages (le rapprochement de 2 ou plusieurs personnes indique leur intimité réelle ou désirée par l'enfant. L'enfant se dessine lui-même près du personnage qu'il aime le plus. Personnage valorisé : souvent le 1er à être dessiné (1ère place à gauche ou position centrale). Personnage dévalorisé : absent du dessin ou dessiné  tout petit dans un coin ou bien effacé après avoir été dessiné. (l'effacement = un indice de conflit. Personnage ajouté : en plus de la famille, il peut s'agir d'un personnage jumeau de l'auteur

  • J'ai lu un livre sympa : "Comment ne pas être une mère parfaite", par Libby Purvis. C'est drôle, ça rassure car l'auteur fait tout pour déculpabiliser la mère qui travaille et qui n'arrive pas à tout faire, et en même temps c'est très "tendance" donc un peu facile. En résumé, je citerai mon amie Valérie qui la première m'a ouvert les yeux en me disant que son pédiatre lui avait expliqué que passé 2 mois inutile de continuer à stériliser les biberons... Une révolution pour notre organisation quotidienne. Merci Valérie.

retour menu livres

 

 

 

      dernière mise à jour : le 07 oct. 2008      |     Mes autres sites      |     Liens    |      Contact      |     Aide      |     e-mail