Livres

 
retour à la page d'accueil. Back to home page
Les photos et nouvelles de la famille
L'humour de l'internet. Compilation spéciale Fredak
Nos voyages à travers la planète
Le web et l'informatique en général. Liens. Conseils. Humour.
Le dictionnaire du Français du Québec
La musique que je joue et fabrique
Divers

 Méli-mélo de livres chers 

(sans compter la page réservée à la littérature cubaine (clic)...)

par Agnès

  • Annie ERNAUX : un style très dépouillé, hyper réaliste, essentiellement autobiographique. Elle raconte tour à tour son enfance dans un village de Normandie, la vie simple voire simpliste en famille avec ses parents épiciers, ses premiers émois amoureux, un avortement, son mariage, le désenchantement de la vie de femme mariée et mère de famille, la passion démesurée pour un amant étranger...

Mes commentaires sur les oeuvres d'Annie Ernaux (clic)

 

  • Helen FIELDING : & Les carnets de Bridget Jones : C'est le journal d'une jeune femme à la trentaine, célibataire, professionnelle, en permanence au régime, qui aime bien sa petite dose d'alcool ici et là. Tous les jours, elle note dans son journal : son poids au gramme près, le nombre d'unités d'alcool et de cigarettes ingérées, le nombre de pensées positives et de pensées négatives .. J'ai adoré. [note du webmaster : ce texte a été écrit en 2000. Entre temps, il y a eu l'adaptation au Cinéma. Et maintenant, tout le monde connaît] C'est actuel. Lu aussi la suite  et un autre roman de Helen Fielding de la même trempe : & Cause celeb'. Pas mal aussi
  • Hervé GUIBERT : Il faut lire les livres d'Hervé Guibert pour comprendre l'immense désarroi et la douleur incommensurable des malades du sida. A chaque ligne, je pensais à toi, Daniel, à ton calvaire, à ton filet de voix qui filtrait péniblement au téléphone. Puis plus rien. Tu ne m'auras jamais parlé de l'Irak avant mon départ...Tu es parti si vite et dans une telle douleur. & A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie (1990)  & Le protocole compassionnel (1991)
  • MM. KAYE : je ne crains pas de le dire : elle fait partie de mes auteurs cultes. Si je ne possède pas tous ses livres (de même que pour Loti ou Kessel et, en son temps, Duras) je suis une femme frustrée. Les avoir à ma disposition en bibliothèque ne me suffit pas, je dois les posséder. C'est de la rage !

& Pavillons lointains (The far pavilions): une histoire d'amour aux Indes... inoubliable               & Zanzibar (Trade Wind) (1963) : je le lis et le relirai jusqu'à la fin de ma vie & L'ombre de lune (Shadow of the moon) (1956) : sublime... & Murder abroad (Death in Berlin, Death in Cyprus, Death in Kenya, Death in Zanzibar, Death in Kashmir, Death in the Adamans) : une intrigue policière haletante sur fond d'histoire avec un grand H et à travers le monde..

  • Joseph KESSEL : je vous renvoie à mon commentaire relatif à Pierre Loti...
  • Pierre LOTI : écrivain culte. J'ai besoin de temps pour jeter par écrit mes sentiments sur son oeuvre. Soyez patient !
  • Andreï MAKINE : & Le testament français (1995). Un bijou d'écriture et de style : on tombe amoureux de la langue française en lisant cet écrivain d'origine russe. Et il m'a dédicacé son roman..
  • Somerset MAUGHAM : & Le sortilège malais : L'écriture m'a paru banale mais quelle finesse dans la psychologie des personnages. Les nouvelles ne durent qu'une dizaine de pages chacune et l'intensité dramatique va crescendo au fil des pages, de plus en plus captivante.

  • K.C. McKINNON : & Les amants du lac : Une belle romance au Canada, un dancing démodé au bord d'un lac, le retour aux sources de Maggie, qui fuit la mégapole, le divorce, ses quarante ans

  • José Mauro de VASCONCELOS : & Mon bel oranger :  L'enfance pas facile d'un gamin brésilien qui se réfugie dans ses rêves

  • Gisèle PINEAU : Écrivain guadeloupéenne, la trentaine. Un style d'écriture incroyablement vivant, très original, coloré, expressif et fort. On lit ses livres comme on boit un ti'punch ou comme on regarde le vent effleurer les feuilles de bananier. J'ai aimé tous ses romans :

& L'espérance-macadam (1995) : "Tout ça, c'était Savane... Et là, il y avait des cases où roulaient des existences en chien qu'on serrait sous la tôle et la planche. Des bougresses qui comptaient plus leur marmaille. Sitôt laissée l'école, elles devenaient femelles, savantes en vice. Robes relevées, assurées que bondas et tétés allaient délivrer de la misère, elles riaient. Mais au bout d'un petit moment, égarées, tournées-virées par le roulis de la vie, elles étaient brisées sans le savoir. Et la ronde des ventres-calebasses commençait. Quand elles cherchaient la paix, qu'elles voulaient plus voir le portrait d'un homme, y avait déjà quatre-cinq enfants dans leurs pieds. Ventres et cartables vides. patience des misérables et mâchoires contractées au guichet des Allocations familiales..."

& L'exil selon Julia (1996) & L'âme prêtée aux oiseaux : Entre Paris, New York, la Guadeloupe, les Caraïbes britanniques... le déracinement, le racisme, la fragilité de l'amour, la solidité du lien familial & La grande drive des esprits & Un papillon dans la cité

  • James SALTER : un retraité de l'armée américaine , qui nous a commis un roman inoubliable : & Un bonheur parfait : "Toute vie est un processus de démolition, écrivait Scott Fitgerald. J. Salter semble lui donner raison avec son roman cruel et subtil : Nedra est belle, assurée, et sait donner aux gestes quotidiens une sorte d'élégance. Viri est architecte. Il rêve d'accomplir une oeuvre qui lui survivra , et dévore les biographies d'hommes illustres. Ils habitent  une vieille demeure non loin de New York, ils s'aiment. Peut-être sont-ils moins heureux qu'ils ne le disent. Quand le temps aura fait son oeuvre, il ne restera plus, des amours de Nedra et Viri, que des ruines et des regrets. Tendre est la nuit, mais la perfection du bonheur n'est pas de ce monde." Ceci est le résumé de la jaquette, le livre est un bijou.

  • Pierre SCHOENDORFFER : & Sur la piste du lion : l'extraordinaire biographie de Joseph KESSEL, journaliste écrivain baroudeur dont Frédi et moi avons dévoré presque tous les livres

 

  • Kressmann TAYLOR

& Inconnu à  cette adresse (1938) : Une nouvelle très courte, qui se dévore en une heure, mais très intense. L'histoire de la montée du nazisme et de ses répercussions dans les relations entre deux associés marchands de tableaux (Martin Schulse, l'Allemand, et Max Eisenstein, le Juif américain) vue à travers leur correspondance fictive Le dénouement est inattendu et subjuguant

Retour

 

           Mes autres sites      |     Liens    |     Aide      |     e-mail